Leçon de CUBE N°9 : LES SELS, pour redonner goût à la vie en communauté

Systèmes d'Echange Locaux

Leçon de CUBE N°9

Les SEL, pour redonner goût à la vie en communautés


Nos économies sont à réinventer pour le bien des individus, mais aussi pour l’évolution de la société, de la nation et pour une meilleure gestion des ressources.

L’objectif n’est pas de revenir en arrière, ni retomber dans les mêmes pièges en voulant du jour au lendemain changer les choses. Arriver à faire la part des choses, à viser peut-être un juste milieu, c’est ce qu’essaient déjà de faire les Systèmes d’Echange Locaux (SEL).

Les entrepreneurs africains doivent également y réfléchir, trouver des solutions beaucoup plus adaptées au contexte africain.

SEL

Les Systèmes d’échanges locaux ont trois fonctions essentielles : localiser les échanges, dynamiser les échanges locaux et promouvoir d’autres formes d’échange[1]. L’idée principale d’un SEL est néanmoins avant tout le fait de promouvoir d’autres formes d’échanges, étant donné que les deux premières fonctions sont souvent liées à la formulation d’une monnaie alternative, qui à son tour peut déboucher sur un système tout aussi capitaliste que celui qu’on essaie de changer ou de rénover.

Selon certains défenseurs des systèmes d’échanges locaux, « le SEL est surtout un acte de résistance constructive, de militantisme, contre la mondialisation»[2]. Ainsi l’objectif des SEL est de retourner ou d’arriver à un système plus juste et social, dans son acception première de valorisation des échanges humains, de l’équité, remettant ainsi l’individu au cœur du système économique.

Ainsi l’échange humain, le contact entre voisins est remis en avant. Aujourd’hui, avec l’argent ou les moyens économiques classiques, vous n’avez aucun besoin de connaître le producteur ou celui qui possède un produit dont vous avez besoin, il vous suffit de lui envoyer l’argent ou à son représentant et tout un système se met en place et vous recevez le produit chez vous, sans jamais connaître qui a travaillé dur pour formuler ou produire ce qui vous a été vendu.

L’idée des SEL, c’est de donner une valeur humaine à l’échange de biens, ce qui permettra également aux producteurs d’échanger leurs produits à une juste valeur. En clair, et comme il est présentement enseigné dans les écoles d’économie, le prix, la promotion et le produit ne seront plus la base du système de vente, mais plutôt les liens humains créés lors des échanges. Dans ce cas, le prix également prend une autre valeur, car il dépend de la considération que l’on a pour la personne devant soi et le lien tissé entre les deux interlocuteurs. Il est supposé par-là que l’acheteur ne cherchera pas à avoir le prix le plus bas possible, et que le vendeur cherchera avant tout le prix le plus honorable dans l’échange, le prix qui maintiendra la confiance de l’acheteur.

De l’autre côté, les SEL sont censés être basés sur un système plus démocratique, car ce sont les acteurs du système, les citoyens qui décident de nouveau de la valeur d’un produit, d’un service, d’un échange, d’une monnaie. Le pouvoir revient donc aux communautés à la base dans les SEL. L’autre principe des SEL qui rend le système fort intéressant pour les sociétés à la base, est l’inconvertibilité des monnaies à l’interne. Ainsi les monnaies du système SEL ne peuvent être utilisées que dans ce système et ne sont convertibles en aucune autre monnaie. En clair, une personne riche à l’extérieur du système ne peut acheter des services au sein d’un SEL, si ce n’est de démarrer au même niveau que les autres. Cela rend le système local, très local, permettant aux communautés de ne dépendre que d’elles-mêmes.

Les SEL sont donc une forme de Troc plus évolué, avec une codification beaucoup plus moderne.

Bien entendu le problème dans les systèmes locaux est évident. En effet le fait qu’il n’y ait aucune possibilité d’un pouvoir contraignant peut entraîner des dérives ou du laxisme. Le système ne fonctionne que par la bonne volonté des individus et des caprices très humains peuvent prendre le pas sur les principes directeurs des systèmes d’échanges locaux.

Certains autres problèmes beaucoup plus urgents dans les Systèmes d’échange locaux sont justement le fait qu’ils soient locaux et que plusieurs biens et services ne sont pas proposés, à l’instar du logement, de l’accès à l’énergie, au transport… C’est là que les afropreneurs interviennent, les nouveaux entrepreneurs doivent tenir compte de cela, en proposant tous ces services et bien dans des échanges locaux, tout en utilisant des systèmes beaucoup plus évolués et des technologies modernes pour étendre ces échanges à d’autres communautés. L’espace ne doit plus être un facteur limitant dans les échanges, comme ce fut le cas du troc.

Je pense qu’avec l’informatique et les réseaux sociaux, les limites liées à l’espace et à la localité peuvent être enlevées et permettre à des entrepreneurs de tous les horizons de diffuser leurs innovations dans toute l’Afrique, tout en se basant sur les principes des SEL. Dans notre programme d’accompagnement CUBE, nous travaillons présentement avec un jeune entrepreneur pour développer le site https://www.dolli-app.com/  qui utilisera le principe des systèmes d’échanges locaux, avec une monnaie interne, inconvertible, à cours libre, ayant une valeur liée, entre autres, au temps de service, au lien social, au besoin rempli…, tout en créant autour une large communauté en utilisant les réseaux virtuels. En somme, tout le monde peut proposer un service ou un bien, sur la plateforme, acheter des choses, tout en utilisant une monnaie qui n’a de cours et de valeur que sur la plateforme https://www.dolli-app.com . Pour que cela marche il faut bien entendu que la communauté sur la plateforme ait confiance en la monnaie utilisée, que cette monnaie ne soit pas convertible et surtout, le plus important, qu’il y ait une diversité de produits ou de services disponibles. Les utilisateurs de réseaux sociaux utilisent déjà les communautés virtuelles pour créer des marchés locaux et notre approche est juste d’y intégrer un système monétaire et une monnaie qui dépendent des utilisateurs.

Nous espérons que d’autres penseront aussi à des systèmes beaucoup plus performants adaptés aux conditions de vie locales, telles les accorderies, les groupes d’achat et d’autres initiatives dans la même vision au travers du monde. C’est ensemble que nous arriverons par tâtonnements, à trouver les meilleurs systèmes économiques et monétaires qui permettront à nos communautés de connaître la croissance et le bien-être.

Urbain AMOUSSOU _ Les Afropreneurs

Pour en savoir plus sur CUBE et les services proposés prière suivre ce lien : https://www.saeicube.com/read_more

Pour en savoir plus sur notre processus d’accompagnement prière suivre ce second lien : https://www.saeicube.com/programmes_accompagnement/accord_cardre/programmeAccompagbement/all

Si vous voulez plus de renseignements vous pouvez nous écrire sur equipedecube@gmail.com et n’hésitez pas à aller sur notre site web https://www.saeicube.com/ vous y trouverez une mine d’or.

Pour :

-          Acquérir ou vendre des livres : https://cubebooks.saeicube.com/

-          Vendre et acheter des produits : https://cubestore.saeicube.com/

-          Accompagnement technique : https://www.saeicube.com/prime

-          Accompagnement à la Levée de fonds : https://www.saeicube.com/kpital

-          Créer des cours et mettre vos compétences en ligne https://www.saeicube.com/formations_cours

CUBE, « De l’idée au monde, nous sommes avec vous ! »

L’équipe de CUBE

[1] Blanc, 2000